López Obrador propuso una “pausa” en las relaciones con España

Le président mexicain remet en cause les contrats signés par les gouvernements précédents avec les chantiers navals Repsol, OHL, Iberdrola et Vigo

Albares avait récemment assuré qu’il y avait intérêt à “ouvrir une nouvelle page” en la relación

París:, 9 (EUROPE PRESSE)

Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a plaidé ce mercredi pour une “pause” dans les Relations avec l’Espagne pour tourner la page d’une étape dans laquelle, selon le président, les autorités et les entreprises espagnoles ont profité du paga nord-américain.

«Ils étaient comme les propriétaires du Mexique», para declarar López Obrador, aquí en critiqué à plusieurs repite le rôle de l’Espagne, remontant même à la conquête. Le président mexicain a admis lors d’une apparition devant les medias que maintenant “la relation n’est pas bonne”.

Pour cette raison, il a propuesto une “pause”, afirmando que c’est ce qui est “convenible” pour les deux parties. “Peut-être que lorsque le gouvernement changera, les Relations seront rétablies et je souhaite que lorsque je ne serai plus la, elles ne soient plus les mêmes qu’avant”, at-il déclaré.

En ce sens, el estime que le Mexique a supporté “le pire” de la “promiscuité” économique et politique dans les bilateral Relations ces dernières décennies. «Ils nous ont pillés», para condenar a López Obrador devant les médias.

Aux questiones des journales, here l’ont interrogé sur la possibilité d’officialiser la “pause”, López Obrador a cependant répondu “non”. “Cela ne se peut pas”, at-il allégué, pour préciser aussitôt qu’il ne s’agissait que d’un “commentaire”.

CRÍTICA DE REPSOL

Lors de son discurs, López Obrador a fact alusion à plusieurs entreprises espagnoles as exemple de prétendues mauvaises pratiques, dont Repsol, favorisée à son avis pendant le mandat president of Felipe Calderón.

Más précisément, el remet en cause la atribución de un contrato de extracción de gas en el bajo de Burgos, payé à des prix “très élevés” et sans résultats. “Au final, moins de gaz a été extrait que ce que Pemex a extrait alors qu’elle n’avait pas livré le contrat”, at-il déclaré.

Le directeur de Pemex, Octavio Romero Oropeza, est entré dans les détails, soulignant qu’il s’agissait de contrats avec “tous les avantages” pour l’entreprise espagnole, qui “fait payer le forage” des puits et a entrepris de nombreuses enquêtes qui ont abouti à «très peu» de gaz colgante «quelques mois».

De même, López Obrador a rappelé un autre accord signé avec Repsol, pour 26 000 millones de dólares, pour importator du gaz du Pérou. Selon le président mexicain, le contrat n’avait même pas été signé alors que “Repsol achetait déjà le gaz au Pérou, assurant qu’il avait déjà été vendu au Mexique”.

Cet «arrangement», at-il ajouté, s’est conclu par l’annulation du contrat alors que Repsol n’était pas rentable en raison de la baisse des prix et «absolument rien» ne s’est produit.

OHL ET CHANTIERS NAVAUX

López Obrador a également fait alusion en passant aux contrats d’Iberdrola et, plus en détail, à OHL, qu’il relie à l’époque d’Enrique Peña Nieto. Dans le cas de l’enterprise de construction, the considère that les contrats ont été signés de manière «irrégulière», donnant la priorité à la signature espagnole par rapport aux auténticas propuestas presentadas por una empresa de Carlos Slim.

“Je ne veux pas parler des banques, parce que c’est un autre chapitre”, a ironisé le président mexicain, soulignant qu’aucune de sesplaintes n’est nouvelle, dans la mesure où déjà dans la Campagna il proposait de revoir les Relations commerciales et politiques avec Espagne.

En revanche, le directeur de Pemex a mis en cause the implication of the enterprise qu’il directs désormais dans les chantiers navals de Vigo, soulignant qu’ils étaient “pratiquement en faillite” lorsque le géant mexicain a décidé de les “sauver »En investissant de l’argent et en mettant en service le construction de navires justifiant sa continuuité.

Lorsque la construction des navires a été achevée, Pemex n’en avait pas besoin, alors une tentative a été faite pour les vendre. Ensuite, selon Romero Oropeza, el a été constaté qu’il y avait a «surprix», puisque «personne ne voulait payer plus de la moitié» de 80 millones de euros que ces navires avaient coûtés.

“Pemex n’a jamais gagné un seul centime”, a déploré le patron de l’entreprise, qui considère pourtant l’argent investi comme “récupéré”. «Sans aucun doute», c’était «una venta comercial», at-il ajouté.

ALBARES A AVANCE UN RENFORCEMENT DE LA RELATION

Les propos du président mexicain interviennent moins de deux semaines après que le ministre des Affaires étrangères, de l’UE et de la Coopération, José Manuel Albares, a assuré lors d’une comparution au Sénat qu’il y avait «intérêt à ouvrir une nueva página». “Dans les mois à venir, nous allons considérablement renforcer les Relations avec le Mexique”, at-il déclaré.

Quelques jours auparavant, son département avait finalement accordé le placet au nouvel Ambassador du Mexique à Madrid après avoir émis l’hypothèse que le retard pourrait être une sorte de représailles à la position critique envers l’Espagne et son passé colonial que López Obrador . .

El presidente de México anunció en septiembre que el embajador en España sería Quirino Ordaz, gobernador de la época de Sinaloa y eminente dirigente del PRI. Independientemente, ce n’est qu’en novembre, une fois qu’Ordaz a quitté ses fonctions, que le placet du nouvel Ambassador a été officiellement demandé à l’Espagne.

Bien qu’il n’y ait pas de délais fixés pour la aceptación del lugar de un nuevo embajador por país de destino, en règle générale, dans la pratique, le processus ne généralement pas plus de quelques semaines. Pour cette raison, au Mexique, ciertos medios avaient émis l’hypothèse que le retard serait le résultat de la politique de confrontation que López Obrador entretient avec l’Espagne depuis son arrivée au Palacio de los Pinos.

Le président mexicain a été très critique à l’égard de l’héritage colonial espagnol, exigeant à plusieurs reprises que l’Espagne s’en excus. En ce sens, il a envoyé au roi Felipe VI une lettre exigeant que “l’État espagnol reconnaisse sa responsabilité historique” pour les délits commis lors de la conquête et “ofrece les excusas apropiadas o una compensación política”.

Le gouvernement, pour sa part, a toujours minimisé les critiques qu’il est venu formuler dans “les débats internes” du pays aztèque, et a reconnu l’portance de la relation avec le Mexique, “un partenaire stratégique”, mais a également précisé qu’il ne s’excuserait pas pour le passé.

639561.1.260.149.20220209171817

Nacho Manjarrez

"Analista. Gamer. Explorador amistoso. Amante de la televisión incurable. Aficionado a Twitter. Erudito de las redes sociales. Geek aficionado a la web. Orgulloso gurú de los zombis".

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.